Mes randonnées en autonomie : récits, photos, cartes, traces GPS, matériel, nourriture (HRP, Carpates, Islande, Laponie, Japon, Pyrénées, Corse, Pamir, Patagonie...)

19 mai

Je n’étais jamais allé sur le plateau de Sault, et l’arrivée au village de Comus est magnifique, entre les forêts, les fleurs, l’isolement… au village on passage près d’un gros gîte fermé mais où on aperçoit les propriétaires. On va discuter avec eux, c’est une famille hollandaise qui tient le gîte depuis 15 ans. Avec le confinement ils ont peur de mettre la clef sous la porte si l’activité ne repart pas en juin. Avant nous ils avaient vu juste une randonneuse il y a 2 jours, mais qui ne faisait pas le sentier cathare. En temps normal le village compte plus de 100 places en gîtes, toutes réservées à l’avance de fin avril à octobre ! Mais en ce moment pas un chat à l’horizon… cela fait mal au coeur pour ce propriétaire, mais pour marcher c’est génial. On négocie de lui acheter 2 bières à emporter et des biscuits apéro pour compléter notre bouffe. Puis on repart.

Sympathique réveil avec vue sur Montségur

Arrivée sur le plateau de Sault

Le sympathique village de Comus

Enfin d’après-midi les paysages sont superbes. D’abord une vue magique sur Montségur, on se rend compte alors de comment le pog domine tout le piémont et permet de contrôler jusqu’au Lauragais. Puis ensuite la montagne offre une nature sublime, très fleurie, et préservée du passage des randonneurs : les fleurs ont poussé même sur le chemin et ne sont pas encore saccagées par les pas des marcheurs. Le bivouac au milieu de ce paysage est magnifique. Notre préféré de toute la rando !

Le pog de Montségur qui domine tout le piémont jusqu’au Lauragais

Une fin de journée dans une belle nature fleurie pas encore abîmée par le passage des nombreux randonneurs habituels