25 novembre

Après un bon gros petit déjeuner à l’auberge de jeunesse à Santiago, je prends le métro jusqu’au terminus, station Puente Alto. C’est enfin parti pour ce Greater Patagonian Trail ! J’ai encore du mal à me dire que ça y est, j’y suis… je n’arrivais pas à me projeter les semaines précédentes, et un départ direct de la ville où j’atterris ne m’a pas laissé le temps de réaliser.

J’ai choisi d’emprunter d’entrée une variante plus directe, passant par le Parc National Rio Clarillo, mais avec plus de chemin le long de la route pour quitter la ville. Il fait un cagnard pas possible, et je me requinque avec une bière en chemin. Mais cette variante s’avère une très mauvaise idée : j’arrive 1h30 avant la fermeture du Parc, et les gardes du CONAF ne me laissent pas faire le grand tour qui monte en altitude. Et manque de bol, demain lundi le Parc est fermé… je fais alors demi-tour, et décide de prendre l’itinéraire principal, le GPT commence bien !

Station Puente Alto, départ officiel du Greater Patagonian Trail

Vignes en espalier près de Santiago

J’enchaîne alors un stop, un bus pour revenir quasiment à Puente Alto, puis je prends un deuxième bus pour éviter une dizaine de km sur la route (j’en déjà fait beaucoup aujourd’hui et il se fait tard…). Je récupère une piste directement en sortant du bus, et je me retrouve cette fois dans la nature, enfin ! C’est rempli de cactus et de monde (en vélo, moto, voiture), la plupart allant se baigner dans les rivières pour ce dimanche caniculaire. Je croise aussi déjà des arrieros à cheval, avec le pur look de cowboy.

Je suis claqué pour cette première journée, mais je pousse jusqu’à un spot de bivouac qui est bien cool avec un filet d’eau à côté. J’ai mal aux jambes et aux adducteurs, et la dernière montée est dure. J’espère que ça ira mieux demain.