De Kvikkjokk à Vaisaluokta

16/08 : Lac Gahpesluoppal – Parka Boarkka

La pluie a été au rendez-vous aujourd’hui. Le matin j’attends que ça se calme au-dessus de ma tente. Quand je vois que derrière moi ça tombe bien et que ça se rapproche, je décolle et accélère le pas. Heureusement la grosse pluie reste bloquée par le relief, un peu avant le camp de Staloluokta. J’aperçois cependant encore de beaux déluges au loin; mais j’ai du bol, les nuages devant et derrière semblent ne pas vouloir se rejoindre. Staloluokta est bizarre, c’est un gros camp de samis avec quelques randonneurs de passages (et un hélicoptère qui fait la navette pour déposer les randonneurs), mais à part ça, c’est mort je ne vois personne. Du coup je passe vite.

Vue sur Staloluokta

Un hélicoptère-navette de « Air Arctic »

Après Staloluokta, mon itinéraire rejoint la Padjelantaleden que j’avais quittée le 2ème jour, et ça se fait sentir, je croise plus de monde. D’ailleurs je rencontre un suédois de Göteborg qui n’arrête pas de m’appeler « young man » en se marrant, et qui me conseille vivement d’aller à Ritsem pour rattraper la Kungsleden. Soit disant « sur la Nordkalottleden il faut savoir s’orienter avec une bousole et il n’y a personne en cas de soucis. Je n’ai pas envie de voir dans les journaux qu’un français a été retrouvé mort ». Bon, manque de bol pour lui, « personne » et « s’orienter » c’est exactement ce que je recherche ! 🙂

J’arrive ensuite au camp de Arasluokta, où je rencontre 2 allemands de Hambourg. Ils ont acheté quelques victuailles au gérant du camp, alors ça me donne envie et je vais voir ce qu’il a. Bon, je n’ai pas presque plus d’argent, donc j’ai l’air couillon. Avec ce que j’ai, j’ai le choix entre du poisson fumé et une bière. Ma raison me dit le poisson. Mais je craque pour la bière… mon alcoolisme me perdra ! Je la bois avec les allemands, et le mec a pitié et me fait gouter un bout de poisson, qui est vraiment délicieux… Tant pis, ma bière vaut quand même le coup ! (et même s’il fait un froid glacial !!) Puis je repars direction le déluge devant moi… mais il faut bien que j’avance si je ne veux pas mourir de faim en route :p Heureusement je ne choppe que de la pluie fine en marchant. La grosse pluie tombe pile quand je finis de monter ma tente. Un timing parfait aujourd’hui !