Japon

De Keyaki-daira à Kamikōchi

24/08 : Camping Ikenodaira-goya – Jōdo-san

Ce matin le temps est totalement dégagé, et les paysages sont magnifiques. Je grimpe jusqu’à la crête par un nouveau névé gigantesque. En matinée la progression y est moins aisée car la neige est encore un peu dure. D’ailleurs j’entends des hurlements plus haut sur mon chemin, puis je vois un hélico de secours qui s’y rend. Il a bien du mal à s’approcher avec l’étroitesse de la vallée en haut…

Tsurugi Dake (2998m), le sommet le plus réputé du Japon pour sa difficulté

Je finis par atteindre la crête sur laquelle je vais rester pendant 6 jours, sans jamais redescendre en-dessous de 2500m jusqu’au village de Kamikochi. Cela s’annonce superbe. Par contre il y a plus de monde par ici. Mais cela devrait être ponctuel, parce que ce secteur entre Tsurugi Dake (2998m) et Tate Yama (3015m) est particulièrement courru et facilement d’accès puis le village de Murodo. Tate Yama est une des 3 montagnes sacrées chez les bouddhistes au Japon. Mais elle comporte un sanctuaire Shinto sur son sommet secondaire, car il s’agit de la religion de l’Empereur.

En chemin je croise une randonneuse japonaise qui parle bien anglais. Elle est partie marcher 5 jours, et est impressionnée par le parcours que je réalise entre Hakuba et Kamikochi : dixit elle, personne ne fait ça au Japon ! Avec leurs 2 semaines de congés annuels (et encore, quand ils les posent), ils n’ont pas le temps pour… ça me rend plutôt fier ^^ Elle me dit aussi que demain il y a prévu une tempête. Sauf qu’une tempête au Japon, c’est pas une tempête comme en France, je ne m’en rendrai compte que demain…

J’arrive au refuge d’Ishi-no-koshi en fin d’après-midi. Il y a foule ici. Le camping suivant est trop loin mais je trouverai bien un endroit où planter la tente entre. Je continue 1 heure avant de poser la tente dans un superbe lieu de bivouac. Mais à peine plantée, un garde du Parc National vient me trouver (est-ce une coïncidence ou surveillent-ils en permanence leur parc ???). Le dialogue est difficile parce qu’il parle à peine anglais, mais je comprends que le bivouac est totalement interdit dans ce Parc National. Par contre la nuit ne va tarder à tomber, et je réussis à négocier de déplacer la tente sur du sable à 20m. Au moins je laisserai la végétation tranquille… Il me demande juste de démonter le bivoauc au plus tôt le matin.

Une heure plus tard c’est un groupe d’étudiants japonais qui vient me voir. Décidément, il ne faut pas sortir des clous au Japon, même en pleine montagne !! Ils effectuent un stage en lien avec le Parc National, mais je ne comprend pas beaucoup plus. Je finis juste par comprendre qu’ils me disent de faire attention aux ours, ils montent souvent par ici la nuit. Sur ce, ils partent et je suis enfin tranquille dans ma tente ^^


Le sanctuaire Shinto sur O-yama (3003m), le sommet secondaire du Tate Yama