Mes randonnées en autonomie : récits, photos, cartes, traces GPS, matériel, nourriture (HRP, Carpates, Islande, Laponie, Japon, Pyrénées, Corse, Pamir...)

Organisation

Les ressources sont quasiment inexistantes sur internet : j’ai trouvé des informations sur des marches de quelques jours, mais seulement deux sites (en espagnol) sur une description complète de la Haute Route Cantabrique (transcantabrica.blogspot.com et mikel-salazar.blogspot.com/2010/09/alta-ruta-cantabrica.html).

Cette randonnée relie le Puerto de Ancares à la ville de Reinosa, sur environ 350 km. Mais l’accès au départ est compliqué car il n’y a aucun transport en commun proche, et je ne suis pas sûr que le stop marche bien en ces temps de coronavirus. Du coup j’ai commencé à marcher au Puerto de Cerredo, facilement accessible depuis Villablino ou Caboalles de Arriba, soit 302 km jusqu’à Reinosa.

La randonnée n’a pas de balisage, elle emprunte souvent des sentiers d’animaux ou est hors sentier. Il faut absolument savoir lire les cartes espagnoles au 1/25000, de moindre précision que les cartes françaises (ou prendre un GPS). C’est parfois compliqué lorsque la météo se gâte et qu’on est hors sentier.


  • Profil topographique

  • Quand partir ? Le climat humide et frais de Léon et des Asturies m’a incité à réaliser cette randonnée en août, le mois le plus sec :  j’ai encore trop en tête le souvenir humide des Highlands de l’année dernière 🙂 Mais même en août, j’ai eu une nuit hyper humide dans le brouillard à -2° à 2000m d’altitude.

Moyennes mensuelles à Oseja de Sajambre (759m)

  • Ravitaillements : Il n’y aucun ravitaillement complet possible directement sur le trajet. On peut ravitailler à Oseja de Sajambre en empruntant une variante (l’épicerie « La Economica », ouverte tous les jours). Quelques bars/restaurants permettent de faire ponctuellement un repas ou d’acheter un sandwich ou quelques trucs à grignoter (la Cueta, Torrestio, Puerto de Pajares, la Raya, Puerto de Tarna).