Carpates

Parâng, Lotrului

09/08 : Dudurugu (1500m) – Talmacel (459m)

Aujourd’hui c’est un peu la galère. Dès qu’on n’est plus haut en altitude nos cartes peu précises nous sont peu utiles, car on n’a plus de points de repères (sommet, col, vallée…). Du coup on a râté un embranchement à un moment et on a pris un mauvais chemin. Un berger nous dit pourtant que la route pour Talmacel n’est pas celle-là, mais on fait les têtus (persuadés qu’on était d’être encore dans la bonne direction) et on persiste sur notre chemin. Ce qui d’ailleurs semble un peu le vexer. Puis le temps qui n’était déjà pas terrible empire, et il se met à pleuvoir. Du coup la descente dans la vallée se fait au milieu d’un chemin bien boueux et glissant.

Un abri rustique mais providentiel

On finit par atterrir à Riu Sadului dans la vallée d’à côté, où la fille d’une villageoise (la seule à parler anglais) nous explique comment aller à Talmacel. On enchaîne alors quasiment instantanément 3 stops et on retombe sur le bon village en un temps record ! Les roumains semblent souvent froids au premier abord, mais une fois le contact établi ils sont incroyablement serviables et gentils.

Riu Sadului

A Talmacel on trouve une pension, où on peut prendre une bonne douche, se ravitailler… et bien sûr boire plusieurs binouses locales ! On trinque avec un français, un ancien gendarme, qui vit ici après être tombé amoureux d’une roumaine lorsqu’il était en poste en Roumanie. Il a tout plaqué quand il a été affecté en France à la fin de sa mission. On discute un peu politique, et il nous parle de la corruption sévissant dans le pays. A cause des politiques corrompus, seuls 5% (!!!) des fonds structurels européens sont utilisés, parce que peu de politiques soutiennent la mise en place de projets locaux, les règles qui régissent les fonds européens les empêchant de se servir au passage. On mange ensuite un bon gros repas qui tient au corps… quel bonheur !!

Le charmant village de Talmacel

Le couple franco-roumain dans notre pension